À la une !
Nouvelles récentes

Article - Première de "Sister Act"


Lire article et voir vidéo :

CANOE - Première de la comédie musicale "Sister Act"

Par Elizabeth Menard

MONTRÉAL – La barre était haute pour Denise Filiatrault après le fracassant succès de Hairspray, l’an dernier. Sister Act, dont la première médiatique avait lieu jeudi au Théâtre St-Denis, à Montréal, s’est attirée de sincères applaudissements, mais n’a pas réussi le même tour de force. Sister Act souffre de la comparaison avec le film du même titre, sorti en 1992. L’histoire, portée sur scène, n’a malheureusement pas le même attrait qu’à l’écran. Il faut dire que cette adaptation a été traduite en France. Les accents québécois et internationaux se mêlent donc bizarrement. Musique entraînante Fait intéressant à savoir: il existe quelques différences entre le film et le spectacle, la principale étant la musique. Aucune des chansons du film ne se retrouve sur scène. Ceux qui auraient voulu entendre les I Will Follow Him et My Guy (My God) seront donc déçus. Les chansons composées pour la comédie musicale ne manquent toutefois pas d’être accrocheuses et divertissantes. Les numéros musicaux sont définitivement la force de ce spectacle. Par chance, il y en a plusieurs (27 en tout). Mais entre les chansons, la poussière retombe et on a de la difficulté à se laisser porter par l’histoire. La nouvelle venue, Dayane Ntibarikure, qui campe le rôle de l’exubérante Dolorès Van Cartier a une voix à tout casser, mais elle récite un peu trop son texte. On a aimé redécouvrir les talents de Normand Brathwaite. Le voir dans le rôle d’un malfrat, danser seul sur scène, avec toute la sensualité dont il est capable, nous a honnêtement fait rire. Ses années à animer Belle et Bum ont empêché ses hanches de rouiller, c’est évident. Mais notre plus grande surprise, c’est Marc Hervieux qui s’est révélé plus qu’à son aise dans une comédie musicale qui n’a rien d’un opéra. Il avait un réel naturel. Encore une fois, Gardy Fury a séduit le public en un claquement de doigts. Son numéro solo était sans contredit l’un des meilleurs de la soirée. Peut-on lui confier un premier rôle l’an prochain? Des nonnes hilarantes En deuxième partie du spectacle, on a eu droit à un incroyable numéro où Suzanne Champagne, France Castel, Dorothée Berryman et compagnie, dans le rôle des nonnes, se laissent aller à chanter, danser et même rapper, habillées de toges à paillettes. Wow! Ça restera dans les annales de Juste pour rire. Un peu plus tard, Albane Chateau, une jeune Française qu’on a découverte jeudi, a carrément fait trembler le St-Denis dans un numéro solo. Quelle voix! Le spectacle s’est terminé avec une hilarante poursuite entre les murs du couvent, une apparition impromptue du maire Denis Coderre dans le rôle du pape, une abondance de paillettes et de chauds applaudissements. Somme toute, Sister Act est inégal et comporte quelques longueurs, mais vaut le déplacement, ne serait-ce que pour voir les nonnes se déhancher. Mention spéciale aux costumes et aux décors qui sont époustouflants.

Mots-clés :

Suivez sur les réseaux Albane Sophia Chateau 
  • Facebook Basic Square

ALBANE SOPHIA CHATEAU © 2017

MONTREAL - Agence Mériem Chaieb : 514 926-7877 / contact@agencemeriemchaieb.com  / http://www.agencemeriemchaieb.com

ALBANE SOPHIA CHATEAU © 2017