À la une !
Nouvelles récentes

Article - "Geronimo" à hauteur d'enfant


Photo : Bernard Brault, La Presse

LA PRESSE - «Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie» : à hauteur d'enfant

Par Jean Siag

Si vous avez des enfants âgés de 6 à 12 ans, vous connaissez sûrement le personnage de Geronimo Stilton, éloquent rédacteur en chef de L'Écho du rongeur, dont le nom évoque le célèbre fromage bleu.

Il faut le reconnaître, la petite souris en costard-cravate, douée pour résoudre des énigmes, est plutôt sympathique. On peut suivre ses aventures à la télé, dans une collection de bédés ou dans ces romans avec des pages de type «grattez l'image et sentez» comme Le Royaume de la fantaisie.

Tout ça pour vous dire que c'est avec délice que le jeune public renoue avec cet univers musical créé pour la scène par Serge Postigo l'an dernier. Une sacrée belle solution de remplacement aux Disney on Ice de ce monde, même si les producteurs en profitent pour vendre tous les produits dérivés de Geronimo à l'extérieur de la salle.

Toujours est-il que dans cette aventure-là, assez fidèle au livre, Geronimo doit délivrer la reine des fées, Floridiana, enlevée par la reine des sorcières. Pour ce faire, il devra traverser avec succès six royaumes (celui des sorcières, sirènes, dragons, lutins, gnomes et enfin celui du géant).

Chaque fois, Geronimo et son fidèle compagnon Scribouillardus (un crapaud!) devront faire preuve de ruse et de courage pour franchir les portes qui les mèneront à la reine des fées, une belle blonde qui prendra vie, en fin de compte, grâce à l'imagination et à la fantaisie de nos preux chevaliers.

La mise en scène de Serge Postigo est assez réussie, même si l'histoire est très linéaire. On passe d'un monde à l'autre de façon un peu trop méthodique, mais bon, les enfants ne s'en offusqueront pas. Le plaisir qu'ils ont à voir leur héros déjouer sorcières, dragons et autres créatures fantasques l'emporte sur tout le reste.

Quelques numéros se démarquent du lot. Qu'on pense aux très belles pièces musicales du monde des sirènes; à la scène du zézaiement du roi des dragons qui force ses sujets à zézayer comme lui; au duo des gnomes, à la chanson hilarante des trolls ou au slam du géant, il y a des moments savoureux dans ce spectacle.

Autre très bon flash: celui de la neige soufflée dans la salle, qui a fait le bonheur du jeune public. Une idée qui colle bien à ce roman de sensations. Chapeau également pour le décor à la fois simple et efficace - avec ses plateformes en pointes de fromage - magnifié par des projections.On regrettera quand même certaines longueurs dans la reconstitution de ce Royaume de la fantaisie; la pièce musicale au complet dure plus de deux heures (avec entracte), un réel défi pour les plus jeunes spectateurs, qui ne tenaient plus en place dans le dernier tiers.

Il reste que ce spectacle - malgré le coût élevé des billets - est un divertissement familial de qualité qui a le potentiel de devenir un rendez-vous annuel. On pourrait peut-être en profiter pour adapter la suite, Le Royaume de la magie?_______________________________________________________________________________

Au Monument-National jusqu'au 30 décembre.